Eglise Saint Saturnin de Berson

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Construite aux XIIe, XIVe, XVIIIe siècles et achevée en 1837, l'église Saint Saturnin conserve son plan initial en forme de croix latine du XIIe siècle.

La grande façade

De style gothique saintongeais, elle est l’une des parties les plus remarquables de l’édifice. Cependant les statues qui se trouvaient dans les niches ogivales ont disparu.

Le portail est orné de feuillages et de personnages dont un abbé mitré, allongé et portant des armoiries qui rappellent que l’église Saint Saturnin dépendait de l’abbaye Saint Romain.

Au dessus, le vitrail de l’oculus représente le martyre de Saint Saturnin.

 

Le corps de l'église

La construction du corps de l’église, composé de trois travées de croisées d’ogives, est plus tardive (du XVIe à la fin du XVIIIe siècle). L’ensemble est éclairé par des vitraux et trois rosaces du XIXe siècle.

 

Le clocher

Probablement positionné à la croisée du transept, à gauche, il est déplacé à droite entre 1692 et 1753, et il est restauré en 1837. Il abrite deux cloches dont la plus ancienne datant de 1590 est classée. Elle porte l'inscription suivante :

"INS MARIA IN CAMPANIS BENE SONANTIBUS SAINCT

SATURNIN DE BRESSON - MESSIRE LOIS DE GENOUILLAC

BARON DE VACAC SIEUR DU BOISSIER FAICT L'AN 1590"

 

Le fondeur a écrit "Bresson" au lieu de "Berson", "Lois" pour "Louis" et "Vacac" pour "Vaillac".

La seconde cloche, beaucoup plus volumineuse, datée de 1859, porte l'inscription suivante :

 

"FONDUE EN 1859, sous le patronage de Saint Saturnin et le pontificat de son Eminence le cardinal Donnet, archevêque de Bordeaux. Jean-Baptiste Rousseau étant curé de Berson. Parrain Jean-Marie Adolphe Bineau, maire. Marraine, Anne Dominica Noémie Castaignet. Membres de la fabrique: MM Pierre Antoine David, Pierre Jérôme Gabaroche, Jean Claude Eugène Lavergne de Peyredoulle, Romain Belougne, Alexandre Morpain.  Ets Deure et Fils à Bordeaux."

 

L’intérieur de l’église

L'église Saint Saturnin abrite deux tableaux représentant une crucifixion entourée de Saint Saturnin et de Saint Nicolas du début du XVIIe siècle, l’autel Saint Joseph, la chaire en bois située sur le côté droit de la nef, rehaussée de panneaux en laiton repoussé présentant le Christ entouré des quatre évangélistes et une Vierge du XVIIIe siècle en bois doré représentant l’Immaculée Conception, pieds nus écrasant le serpent, un maître-autel en marbre de Carrare, des statues sulpiciennes du XIXe siècle et un Christ en Croix.

La nef du XIVe siècle possède une clef de voûte représentant l’Agneau pascal et, dans les angles formés par les ogives, quatre têtes d’angelots.

Vie de Saint Saturnin

Saint Saturnin, parfois appelé Sernin, fut envoyé de Rome par le pape Saint Fabien, vers l'an 245, pour évangéliser les Gaules. Nommé évêque en l'an 250 sous le règne de l'empereur Decius, il fixa son siège épiscopal à Toulouse. A peine installé dans sa demeure, voici que les oracles du Capitole deviennent muets. Les prêtres païens attribuent ce fait à la présence du nouveau prélat. On l'emmène de force au Capitole, en lui demandant de renier sa Foi afin de rendre la parole aux oracles. L’évêque ayant refusé, les païens le frappent pour le faire céder. Ils décident alors de le supprimer d'une façon fort cruelle :

Après lui avoir lié les pieds avec une corde, ils l'attachent à la queue d'un taureau furieux qui traîne Saturnin avec une telle violence que son corps est déchiqueté avant même que l'animal n'ait terminé sa course dans la campagne.

La nuit suivante, de pieuses femmes allèrent ramasser ce qu'elles purent retrouver de son corps mutilé. Ces restes furent enfouis dans une fosse profonde sur laquelle Saint Hilaire, successeur de Saint Saturnin fit élever une chapelle. Plus tard, l'évêque Sylvius fit creuser au même endroit les fondations de la basilique Saint Sernin, pour honorer la mémoire de ce martyr que l'on fête le 29 Novembre.

D'après "Le patrimoine des communes de la Gironde" - Flohic éditions

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+