Institution au lectorat et à l'acolytat de Eloi Desrippes, séminariste

Le ministère de l'acolytat me donne le désir d'un approfondissement spirituel et d'un développement de la charité ans le service de l'Eglise

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Dimanche 18 décembre 2016, à Blaye, Eloi Desrippes, séminariste a été institué lecteur et acolyte par le Cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux.

Les ministères institués de lecteur et d'acolyte ne sont pas qu'une simple étape vers le sacerdoce. Je les vis avant tout comme un appel vivre plus intensément de la Parole de Dieu, à mettre en pratique cette invitation du sage Ben Sirac : "l'idéal du sage, c'est une oreille qui écoute".

En cette période de l'Avent nous nous préparons, avec la Vierge Marie, à accueillir le Seigneur qui se donne à nous si petit dans une mangeoire. C'est déjà une annonce de son Eucharistie. Ainsi recevoir le ministère de l'acolytat me donne le désir d'un approfondissement spirituel et d'un développement de la charité dans le service de l’Eglise.

Eloi Desrippes

Lire l'homélie de Monseigneur Jean-Pierre Ricard, cardinal archevêque de Bordeaux

"Réveillez-vous, soyez vigilants, prêts à accueillir le Seigneur qui vient", voilà l'appel que la liturgie nous a adressé tout au long de ce temps de l'Avent. Le Seigneur vient à notre rencontre. Il vient chez vous. Soyez prêts à l'accueillir ...

« Le lecteur devra acquérir davantage chaque jour l'amour profond et la connaissance de la sainte Écriture, grâce auxquels il deviendra plus parfaitement le disciple du Seigneur » (Motu proprio "Ministeria Quaedam", Paul VI, 1972). 

« L'acolyte, destiné particulièrement au service de l'autel, doit s'initier à tout ce qui se rapporte au culte public de Dieu et s'appliquer à en pénétrer le sens intime et spirituel : il pourra ainsi s'offrir chaque jour tout entier à Dieu et être pour tous, dans la maison de Dieu, un exemple de dignité et de respect ; il doit enfin porter un amour sincère au Corps mystique du Christ, c'est-à-dire au peuple de Dieu, et particulièrement aux faibles et aux malades » (Motu proprio "Ministeria Quaedam", Paul VI, 1972).

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+