« Il a voulu que nous soyons appelés ‘enfants de Dieu’ et nous le sommes » (1 Jn 3, 1)

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Edito du dimanche 13 janvier 2019, baptême du Seigneur.

La première lettre de l’apôtre saint Jean que nous avons entendu chaque jour de cette semaine à la messe quotidienne a pu préparer nos esprits, nos cœurs et nos âmes à ce grand mystère que nous célébrons en ce dimanche avec la fête du Baptême de Jésus : nous sommes enfants de Dieu (par adoption il s’entend, seul le Fils l’étant par nature, adoption rendue possible parce que Celui-ci a assumé notre nature pour la rendre capable de Dieu) depuis le jour de notre propre baptême.

Se reconnaître enfants de Dieu constitue une grâce qui transforme nos existences. Cela implique la foi en l’existence de Dieu, un Dieu qui n’est pas un concept flou, une force ou une énergie, mais une Personne (trois de fait, le Père, le Fils et l’Esprit Saint), un Dieu qui est Amour, un Dieu qui est Père et nous aime personnellement ; un Dieu qui est Providence, qui veille sur nous notamment par la Vierge Marie qu’il nous a donné comme Mère, mais aussi par le soutien des saintes et des saints.

Au jour de notre baptême, nous avons été accueillis dans la communauté chrétienne, nous sommes entrés dans la grande Famille de Dieu qui est Père, Fils et Saint Esprit. Ce dimanche, nous avons ainsi la joie de vivre cette communion par le grand pique-nique paroissial, nous rappelant ainsi que ce don de la filiation nous rend ainsi ‘frère et sœur’ des autres avec lequel nous partageons ce bienfait de la grâce divine. Là encore, ce ne sont pas des formulaires mais bien un appel à vivre tout au long de nos jours, afin que loin des tentations de la peur et des rivalités de ce monde, nous ayons à cœur de toujours faire grandir le Royaume ’des cieux nouveaux et de la terre nouvelle où la justice habitera’ (2 P 3, 13). Ainsi, vivre en enfant de Dieu et frères et sœurs de chacun ne nous dispense d’aucun effort de charité mais, au contraire, nous encourage sans cesse à cette mission, dans l’assurance que notre Père nous regarde prêt à intervenir pour nous soutenir et nous remettre à Lui davantage.

Qu’en cette fête du Baptême du seigneur, nous puissions toujours plus vivre en enfant de Dieu, ne me préoccupant pas d’autre chose que d’être transparent de son Amour.

Votre curé, Jean-Laurent MARTIN

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+